Projet pédagogique des écoles communales de Theux

Le projet  pédagogique theutois ambitionne pour ses écoles la capacité d’éduquer chaque enfant et de l’amener à maîtriser les savoirs et les compétences de base nécessaires à son émancipation sociale, à la poursuite de ses études et à son épanouissement personnel.

L’enseignement fondamental communal theutois est organisé en quatre cycles fonctionnels: de l’entrée de l’école maternelle à 5 ans, de 5 ans à la fin de la deuxième année primaire, les 3ième et 4ième années primaires, les 5ième et 6ième  années primaires.

Chaque équipe éducative aura pour chacun des enfants qui lui est confié, la meilleure ambition et tiendra compte, pour les apprentissages, des  rythmes propres de ces derniers.
Pour cela, elle veillera, par la concertation de tous les enseignants, à organiser une continuité et une cohérence pédagogique de l’entrée à l’école maternelle à la fin de l’école primaire.
Elle pratiquera la différenciation des apprentissages (choisir des démarches d’apprentissage adaptées aux difficultés de chacun) ainsi que l’évaluation formative (déceler les difficultés de l’enfant afin d’y remédier).

En primaire, les progrès des élèves seront aussi régulièrement évalués par minimum quatre moments de bilans côtés qui permettront d’élaborer le bulletin, de juger de la réussite et du passage au cycle supérieur.
Des examens seront organisés au moins chaque fin d’année scolaire ou en fin de cycle.

La pédagogie sera active, basée sur la vie de l’enfant, ses besoins, ses préoccupations, ses projets…
Elle comprendra des moments de travaux en groupes et des moments d’individualisation; elle valorisera l’implication et l’effort de chacun.
L’enfant, centre du projet, pourra construire ses savoirs, les intégrer et les réinvestir au quotidien.
Les situations d’apprentissage permettent à l’enfant, dans une même démarche, d’utiliser des compétences variées, ses savoirs, ses savoir-être, ses savoir-faire. Ainsi l’orthographe a de l’importance chaque fois qu’on écrit, que ce soit en français, en math, en éveil, … De même savoir lire est essentiel pour comprendre l’énoncé d’un problème mathématique et le dessin peut devenir un outil essentiel à sa résolution..

Le choix des matières rencontre le programme du CECP et celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ces deux programmes officiels apportent à chaque enfant une solide formation de base.

Tout d’abord,

  • – des compétences en savoir lire, écrire, parler, écouter dans des contextes variés de communication
  • – des compétences mathématiques susceptibles d’amener les enfants à résoudre de véritables  problèmes  se rapportant à des situations réelles.
  • – des outils qui permettent de structurer le temps ou l’espace et de découvrir son environnement dans ses dimensions locale, régionale, nationale et européenne.

Mais aussi

  • – choix de l’anglais à partir de la 5ème année qui renforce les compétences de communication et ouvre sur le monde
  • – des outils qui permettent à l’enfant de gérer ses possibilités, de se connaître, de devenir autonome.

Ainsi seront privilégiés :

  • – les activités de découverte, de production, de création
  • – les activités culturelles et sportives
  • – la gestion de l’information
  • – le développement de pratiques démocratiques (conseils de classe, d’école, conseil communal des enfants) et de citoyenneté responsable (droits et devoirs nécessaires à une vie sociale harmonieuse)

Les apprentissages seront consignés dans des fardes ou des cahiers. Ceux-ci seront organisés par les enfants et les enseignants.

En outre, le journal de classe ou la farde de communication en maternel, sera le lien entre la famille et l’école.
Le cycle primaire se termine pour tous les enfants de 6ème primaire par le passage des épreuves externes en vue d’obtenir le Certificat d’Etudes de Base, le CEB. Ces épreuves se déroulent au sein de chaque école.

Approuvé en séance du Conseil Communal du 5 novembre 2012 à l’unanimité.

Remarques : Il est nécessaire d’insister sur le fait que l’école fondamentale de Polleur est dans l’incapacité d’adhérer totalement à ce projet.

  • – Les progrès des élèves seront régulièrement évalués par minimum quatre bilans cotés, semblables pour tous au sein d’un même groupe de niveau. L’année ne signifie rien puisque l’enfant avance « à son rythme » tout au long du cycle. Le but est que tous soient à l’arrivée (fin de cycle ou étape), et possèdent à ce moment les compétences nécessaires au passage dans le cycle supérieur.
  • – Dans le même ordre d’idées, c’est seulement à la fin du cycle que se produit l’évaluation certificative (en fin de deuxième et les examens cantonaux). Le décret n’octroie d’ailleurs aucun jour pour les examens en 1ère, 3ième et 5ième.